Depuis la fin 2015, l’afflux de migrants s’est considérablement accru dans le nord de la France. En mars 2016, à quarante kilomètres de Calais, le maire de Grande-Synthe ouvre un camp humanitaire pour deux mille cinq cents réfugiés, s’opposant ainsi à l’Etat. Il travaille avec deux ONG, et tous espèrent que ce camp d’un nouveau type, ouvert et humain, devienne un exemple… Un architecte, spécialiste en architecture des risques majeurs, apporte son expertise et sa vision. Et si le camp, à l'origine provisoire, devenait une extension de la ville ? L’histoire nous prouve que bien des bidonvilles à travers le monde sont à terme devenus des quartiers urbains. Mais sur place, l’architecte utopiste se cogne sans cesse à la réalité du terrain… Sur une période de dix-huit mois, le réalisateur a suivi cette expérience dans toute sa complexité, ses espoirs et ses impasses. Son film questionne le rôle de chacun dans l’accueil des réfugiés, ouvrant la voie à une réflexion sur le long-terme sur cet impensé politique.

En cours de chargement ...